Sam Francis

Untitled, 1984

106.7 X 73 inch

Découvrez

« précédent

Botch, Blotch et Splotch: le tourbillon exubérant du mouvem...

suivant »

Le Shock Art: la violence de la reconnaissance et de l'hyper...

Transavanguardia: une renaissance italienne, au-delà du néo-expressionnisme

Transavanguardia: an Italian Renaissance, Beyond Neo Expressionism

By Andrew Bay, UK

"Transavanguardia" est un terme italien qui peut être traduit par "Trans-avant-garde". L'expression est généralement attribuée au critique d'art italien Achille Bonito Oliva (né en 1939). Par ce terme, il entendait saisir l'esprit d'une renaissance artistique dynamique, qui a pris d'assaut le monde de l'art italien, de la fin des années 1970 aux début des années 1980. Oliva souhaitait ardemment décrire ce nouveau mouvement qui, selon lui, commençait clairement à émerger après l'explosion de l'art avant-gardiste en Europe et en Amérique dans les années 1960 et 1970. D'où l'utilisation de "trans", qui signifie "après" ou "au-delà", comme préfixe de "avant-garde".

Oliva a estimé que le mouvement Transavanguardia avait le devoir de s'émanciper des exigences rigides d'abstractions conceptuelles, qui ont été imposées, jusqu’alors, aux méthodes artistiques à travers l'art conceptuel. Avec Transvanguardia, de nouvelles opportunités pour un discours non linéaire et une variance radicale par rapport aux procédures créatives précédemment établies, ont pu être initiées avec succès. Au tournant des années 1970, Oliva a distingué une poignée de peintres qui, selon lui, avaient réussi à contourner les orthodoxies artistiques et stylistiques des décennies précédentes. Il pensait que ces artistes abordaient les possibilités thématiques offertes par la peinture moderne, d'une manière non conventionnelle mais originale, en se concentrant simplement sur des sujets primitifs et omniprésents, tels que l'émotion humaine, la nature, le jeu et l'exubérance. Cette approche reflétait des tendances analogues dans l'expression picturale non littérale, que l'on pouvait également trouver en Europe et aux États-Unis. Ces similitudes théoriques et conceptuelles ont été le tremplin qui a conduit à la fondation du mouvement néo-expressionniste au début des années 1980. L'obsession du "tout nouveau", qui avait caractérisé la génération précédente, n'est plus un article de foi : le "passé" est à nouveau à la mode. L'art classique, le folklore, les légendes historiques et la culture populaire contemporaine se sont vus accorder une nouvelle fois une crédibilité artistique à part entière, et seront bientôt ravivés et explorés avec courage par l'imagination collective de ces artistes. Ce ne sont là que quelques-uns des grands artistes qui ont défini et incarné l'esprit du mouvement Transavanguardia.  

L'œuvre de Francesco Clemente est souvent qualifiée d'expressionniste pour plusieurs raisons. Ses œuvres s'appuient fortement sur des aquarelles et des peintures à l'huile nuageuses qui produisent des études de personnages difformes, d'inconduite et de transgression sexuelle. Né dans le sud de l'Italie en 1952, Clemente a suivi une formation à l'université de Rome. Ses oeuvres sont très chargées, des productions aléatoires de contours, révélant souvent des parties de corps disloquées : coudes, yeux et membres jetés ensemble, sans ordre particulier. Ces textures sont mélangées et combinées avec assurance, avec une touche d'éloignement incongru et de symbolisme exalté. Bien qu'il réside officiellement à New York depuis 1982, Clemente mène une vie nomade depuis 1974. Collectionneur passionné d'objets indiens au fil des années, il a beaucoup voyagé en Inde, où il a fait une retraite artistique à Madras dès le milieu des années 1970. Clemente a eu plusieurs expositions personnelles en Europe et en Amérique, à Kassel, en Allemagne (1992), à la Whitney Biennal de New York (1997), au Musée d'art moderne de Tokyo (1994) et à la Whitechapel Gallery de Londres (1983).

En mettant l'accent sur la forme et les tons de couleur évocateurs, les toiles de Sandro Chia transmettent avec force une élégance flottante, non figurative et élégante. Chia est l'un des principaux acteurs du mouvement Transvanguardia, avec Francesco Clemente et Enzo Cucchi. En tant que précurseurs de cette scène néo-expressionniste, ils entendaient rebondir sur les excès hyperboliques de l'art conceptuel des années 1980, en célébrant à nouveau l'importance de la caractérisation et de la couleur dans leurs peintures. Chia s'occupe de ses grandes œuvres avec un plaisir et avec une délicatesse visibles, comme s'il s'agissait d'organes vitaux qu'il faut manipuler avec précaution. Avec un coup de pinceau régulier, il trace des lignes vives, faisant des allers-retours entre les huiles lisses et les éclaboussures grossières. Chia veut faire revivre l'ensemble du cadre réalisé en face de lui, comme un exercice de nature morte, avec une classe d'étudiants en art. C'est l'aspect le plus significatif de son travail, auquel il se consacre inlassablement, jusqu'à ce jour, comme s'il s'agissait d'une mission, d'une vocation. L'histoire orale de l'art italien et la simplicité rituelle de la vie quotidienne sont les principaux sujets qu'il revisite le plus souvent, avec sa vitalité contagieuse.

Enzo Cucchi est le troisième fondateur clé du mouvement Transavanguardia. Il est né en 1949, dans un petit village du sud de l'Italie. Cucci, contrairement à ses contemporains, est entièrement autodidacte. Son travail a été remarqué pour la première fois par Achille Oliva Bonita, vers 1976. Sur sa recommandation, Cucci trouve le courage de s'installer à Rome, où il rencontre rapidement ses futurs associés, Clemente et Chia, ainsi que la plupart des jeunes esprits brillants et talentueux qui gravitent autour de ce mouvement néo-expressionniste collectif nouvellement créé. Cucci a rapidement trouvé sa voie, avec une prédilection pour les illustrations symboliques et les croquis figuratifs. Il privilégie, pour son travail, les grandes surfaces, les soumettant avec confiance à de multiples vagues de réinventions produites au fusain. Il s'inspire d'une grande variété de sujets et de sources : l'art rupestre, les rituels et le folklore des cultures indigènes, et même l'agriculture. Cucci a grandi dans la campagne italienne et n'a jamais été gêné par l'éclectisme de ses intérêts et de ses goûts. Il partage avec Clemente et Chia une fascination pour le désordre et la confusion cinématographique, qu'il évoque dans ses mises en page saturées de couleurs.  Avec quelques arrangements visuels éloquents, Chia mène toujours ses drames picturaux jusqu'à leur conclusion évocatrice et marquante.

Mimmo Paladino est né en 1948 et a grandi dans le nord-est de Naples. Comme ce fut le cas pour Enzo Cucci, Paladino a été "découvert" grâce à son affiliation avec Achille Bonito Oliva, qui a organisé sa première exposition en tant qu'étudiant en art en 1968. À cette époque, Paladino était déjà suffisamment audacieux pour commencer à s'approprier librement des thématiques et des images iconiques provenant de différentes sources, afin de construire une ouverture sur ses propres mécanismes créatifs. Il n'est pas surprenant que Paladino partage plusieurs affinités stylistiques avec ses acolytes de Transavanguardia : l'utilisation de médias multidimensionnels, la juxtaposition de la technologie moderne avec des outils anachroniques et primitifs, le positionnement du profane contre le séculaire. Sa formation de graphiste est un atout créatif précieux, qui lui permet de coller ses productions dans des séries de gravures, comme ses décors pour les pièces "Oedipus Rex" (2000) et "Iliade et Odyssée" (2001), mises en scène à Florence, en 2001. Paladino est également un sculpteur accompli, qui s'est spécialisé dans les effigies en cuivre et en marbre, facilement identifiables pour leurs exquises protubérances.

Œuvres Connexes Que
Vous Pourriez Aimer

Sandro Chia

Elektra, 1995

Édition Limitée

Mixed média

Demander Le Prix

Mimmo Paladino

Hundert Tage Für Salzburg, 1984

Édition Limitée

Gravure à l'eau-forte

EUR 1,450

Mimmo Paladino

Scudo 3, 1999

Édition Limitée

Mixed média

EUR 2,600