Sam Francis

Untitled, 1984

106.7 X 73 inch

Découvrez

« précédent

Les refléxions joyeuses de Nobuyoshi Araki: Points forts et...

suivant »

Zèbres cinétiques et lignes optiques: Les cieux nocturnes ...

Mobiles, maquettes, tulipes et papillons: Alexander Calder, l’architecte de la sculpture du XXème siècle

Mobiles, Maquettes, Tulips and Butterflies: Alexander Calder, the Architect of XX Century Sculpture

By Andrew Bay, UK


Alexander Calder est né en Pennsylvanie, en juillet 1898 dans une famille d’artistes de classe moyenne. Il avait déjà l’art dans son ADN, puisque sa mère était une peintre talentueuse, et que son père et son grand-père étaient des sculpteurs américains renommés.  Ses ancêtres originaires du Old Country en Écosse étaient artisans dans la pierre et maçons depuis plusieurs générations. Calder et sa sœur aînée, Margaret, ont grandi dans une famille aimante et créative, partageant leur temps entre New York et la Californie. 
 

Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires en 1915, Calder décide de devenir ingénieur au Stevens Institute of Technology dans le New Jersey. Bien que son séjour dans cette institution ne fût que de courte durée, il apprit des principes scientifiques solides dans les domaines des mathématiques, de la physique, de la cinétique et de la nature des matériaux industriels. Cette connaissance lui a sans doute été utile plus tard dans son développement artistique et créatif. 

Calder a finalement suspendu ses études d’ingénieur pour entrer dans l’Arts Student League à New York en 1923, où il se consacra exclusivement à l’étude de l’art. Il s’est immédiatement révélé être un étudiant exceptionnel, obtenant bientôt des commandes avec plusieurs magazines new-yorkais en tant qu’illustrateur. En 1926, il s’embarque pour Paris, capitale mondiale de l’art, afin d’étudier l’art à Montparnasse. Il y rencontre sa future épouse Louisa James (petite-nièce du célèbre romancier Henry James) et noue des amitiés solides avec des artistes d’avant-garde renommés, tels que Fernand Léger et Marcel Duchamp, qui admirent beaucoup ses premières œuvres. Jusqu’au moment où Calder a commencé à produire ses premiers "mobiles" inimitables (comme Marcel Duchamp les a inventés), la sculpture avait essentiellement été une articulation de densité et de plénitude. Calder a découvert que quelque chose de nouveau pouvait être fait avec la forme, qui ne serait pas lié à la terre, et pourrait être aussi léger que le vol d’un papillon.

Lors de ses premières expositions à Paris dans les années 1930, Calder a fait voler en éclats toutes les idées préconçues sur la sculpture qui l'avaient précédé. Rien d’aussi révolutionnaire que sa vision n’avait été anticipé au XXème siècle. 

 

Il a transformé à lui seul la nature de sa discipline, réinventant ce qu’était la sculpture et ce qu’elle allait devenir par la suite. Dans son travail, Calder est capable d’exprimer le sens du mouvement et de la vitalité qui reflète non seulement son pouvoir créatif, mais aussi son audace d’ingéniosité en tant qu’inventeur. Son dynamisme invoque presque la puissance flamboyante de la Terre elle-même, et ses objets ne sont plus des artefacts, mais de pures expériences et événements.

À leur retour aux États-Unis au milieu des années 1930, Calder et sa femme se sont installés dans le Connecticut, où leurs filles Mary et Sandra sont nées et ont grandi, dans les années 1940.

 

Au cours d’une carrière de plus de 70 ans, Calder a produit un immense ensemble d’œuvres: pièces mécaniques, peintures, croquis et gravures, appareils électroménagers, bijoux, sculptures gigantesques et une grande collection de mobiles extraordinaires. L’artiste passait la plupart de son temps entre ses maisons à Roxbury, dans le Connecticut, et Saché dans la vallée de la Loire en France. Alexander Calder était sans aucun doute l’un des artistes les plus importants et les plus influents du XXème siècle. Il a vraiment construit un pont entre différents rôles, qui n’avaient jamais été combinés auparavant: sculpteur, inventeur et artiste. 

Dans les années 1930, Calder a rencontré Mondrian dans son atelier parisien, et la visite a probablement changé le cours de l’histoire de l’art d’après-guerre. Mondrian créait le cadre théorique du modernisme, avec ses grandes formes géométriques et son utilisation dramatique de la couleur. Pour Calder, ce n’était rien de moins qu’une révélation, et il a immédiatement décidé de donner vie à ces formes notionnelles. Il y est parvenu en mettant en évidence les caractéristiques organiques de ses sculptures, construisant ainsi un pont entre l’abstraction classique et le monde naturel physique qui l’entoure. 

Le travail de Calder n'est jamais confiné par des limitations d'aucune sorte. Il explore les caractéristiques cinétiques de ses sculptures, à la recherche d’espace, de mouvement et de possibilités. Son art existe comme une contingence sensible, conçue pour nous aider à atteindre l'essence de ce que Calder a peut-être appelé, à titre provisoire, la brume nuageuse et toujours changeante de la réalité. 

 

Œuvres Connexes Que
Vous Pourriez Aimer

Alexander Calder

Our Unfinished Revolution: Octopus/Squid, 1975-1976

Édition Limitée

Lithographie

USD 14,400

Alexander Calder

Alphabet Et Serpent, 1968

Édition Limitée

Lithographie

USD 6,000

Alexander Calder

La Pointe Du Progrès (from La Memoire Elementaire), 1976

Édition Limitée

Lithographie

USD 11,900